Saint-Etienne : La petite interview de Stéphane Ruffier

Stéphane Ruffier (ASSE)
Ligue 1 Conforama
17/07/2019

Premier souvenir de foot, adversaire le plus impressionnant... Le gardien de l'AS Saint-Etienne Stéphane Ruffier se livre dans la petite interview depuis Washington où les Verts disputent les EA Ligue 1 Games.

Stéphane, pourquoi portes-tu le numéro 16 ?
Quand j’ai signé professionnel à l’AS Monaco, c’est le numéro qu’on m’a donné. Et depuis, je l’ai toujours gardé.

Qui était ton idole d’enfance ?
Pour être honnête, je n'en avais pas.

« Un autre métier ? Peut-être militaire »

Quel métier ferais-tu si tu n’avais pas été pas footballeur ?
Je ne sais pas trop, je n’y ai jamais vraiment réfléchi. Après, il y a beaucoup de militaires dans ma famille, notamment ma sœur donc ça aurait peut-être été là-dedans.

Qui est le joueur le plus impressionnant que tu as affronté ?
C’est difficile d’en citer un seul car il y a pas mal de talents en Ligue 1 Conforama. Mais si je devais en retenir un aujourd’hui, je dirais Neymar. Même quand il n’est pas dans un bon soir, on sent qu’il peut renverser la situation à tout moment. Il a un talent hors normes qui lui permet de faire la différence sur une accélération.

Quel est le premier maillot que tu as reçu ?
C’était un maillot de gardien Uhlsport, rembourré de partout, comme ça se faisait à l’époque. Il était noir avec un peu de vert foncé, bariolé. Je devais avoir 7 ans quand mes parents me l’ont offert.

Qui est ton modèle dans le foot ?
Je n’ai pas vraiment de modèle mais on s’inspire toujours des autres, il faut essayer de retirer le meilleur de chacun. Tous les gardiens du championnat ont des qualités et des défauts, il y a toujours des enseignements à tirer quand on suit un match. On a un métier à part, très difficile.

Quel est votre geste préféré sur le terrain ?
Il n’y a pas un geste en particulier. Ce qui m’intéresse, c’est qu’il soit décisif.

Quel est le geste le plus difficile à réaliser selon toi ?
Tous les gestes peuvent être compliqués à réaliser. Il faut réussir à mettre un niveau de concentration élevé de sorte à ce que le moindre geste paraisse plus simple. Au poste de gardien, chaque ballon est important car n’importe quel ballon peut vite se transformer en faute.

« Mon premier souvenir ? Un lever de rideau à la Coupe du monde 1998 »

Quel est ton premier souvenir de foot ?
Je dirais le match que j’ai joué en lever de rideau dans le cadre de la Coupe du monde 1998 avec mon club de Bayonne. J’avais un peu moins de 12 ans à l’époque. C’était au Stadium de Toulouse avant le match Argentine-Japon et c’était sympa de jouer sur cette pelouse et dans ce contexte, forcément.

Ton meilleur souvenir sur un terrain ?
Il y a toujours des matchs qui marquent, c’est dur d’en donner un seul. J’ai quand même disputé quelques rencontres en équipe de France, ça reste très fort la sélection.

Pour finir, est-ce la première fois que vous vous rendez aux Etats-Unis ?
Oui. Comme on est arrivé tard et qu’on a eu plusieurs entraînements déjà, on n’a pas encore eu le temps de découvrir Washington mais le peu qu’on a vu fait envie !

> OM : La petite interview de Boubacar Kamara

> Brest : La petite interview de Gaëtan Charbonnier








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Uber eats Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste